Notre engagement


Pour une protection sociale, voilà le but.

Nous sommes clairement pour une société solidaire, pour une société de semblables.

C'est une exigence autant sociale, économique, que politique et morale.

Morale, car nous sommes aussi pour une promotion de l'économie sociale, c'est-à-dire une économie de l'intérêt collectif, plutôt que pour une économie de la cupidité égoïste que prône le capitalisme financier.
Notre modèle social, les valeurs auxquelles il donne des formes concrètes, est inséparable de notre identité collective.

Être frappé par la maladie sans crainte de ne pas pouvoir accéder aux meilleurs soins sans délai, vivre ses vieux jours dans la dignité, ne pas redouter le moindre aléa dans l'existence, le plus petit handicap, nous laissant sans ressources, sont quelques-unes des protections individuelles que nous garantissons collectivement. La protection sociale n'est pas à inventer, elle existe déjà, il faut la défendre, lui assigner des ambitions nouvelles et restaurer tout à la fois ces solidarités avec une volonté politique claire et déterminée.

Depuis des décennies, ce modèle social n'a cessé de régresser.
Si nous voulons rétablir les solidarités là où elles ont été brisées, entre malades et bien portants, entre générations, entre actifs et retraités, entre chômeurs et travailleurs, c'est l'idée même de solidarité qu'il nous faut porter ensemble très haut.

Promouvoir une protection sociale solidaire, c'est réactiver les fondements d'une égalité possible ; c'est se donner le moyen de gagner le combat contre les discriminations, les ségrégations et les exclusions ; c'est donner aux services publics les moyens économiques, humains et politiques de garantir à tous, l'égalité des droits à la santé, à l'éducation, au logement et à la culture ; c'est finalement accepter que la santé est une affaire citoyenne, c'est l'affaire de l'Etat.

Les réflexions et les propositions des Mutuelles de France résument quelques-unes de nos positions communes qui sont notre "ADN" mutualiste.